A la découverte de l’alpaga

Cet été, mes pérégrinations estivales m’ont amenée dans les Landes, où j’ai eu l’opportunité de visiter la ferme Le Hillot, un élevage d’alpagas tenu par Carola et Gerhard Schöll. Cette visite m’a permis de découvrir cette fibre. Conquise, il me tenait à cœur de partager avec vous ce que cela m’a appris, sur ces animaux, ainsi que sur la laine que l’on tire de leur toison.

Les alpagas sont des mammifères ruminants venus des Andes, appartenant à la famille des camélidés aux côtés des chameaux ou des lamas par exemple. Plus petits que ces derniers, ils mesurent environ 80 cm au garrot et pèsent entre 60 et 80 kilos.

Ils vivent en groupe mais en élevage, les mâles sont évidemment séparés des femelles : l’étalon est seul dans son enclos, tandis que les jeunes mâles sont dans des prés avec des hongres, qui les socialisent et « leur apprennent les bonnes manières ». Ce sont des animaux relativement rustiques qui restent toute l’année en enclos extérieurs (avec un petit abri quand même).

Quoique non apprivoisé – au sens où il ne vient pas chercher les câlins – c’est un animal familier, qui n’a pas peur de l’homme. Et si comme son cousin le lama, il crache, il réserve habituellement ce traitement à ses congénères plutôt qu’à l’homme, contrairement à ce que Tintin veut nous faire croire (extrait de Tintin et le Temple du Soleil) :

blank

Le Hillot élève ses alpagas pour la laine : les animaux sont tondus une fois par an, en mai. Chaque animal donne entre 2 et 3 kg de laine. Ce qui est peu par rapport au mouton par exemple. Heureusement, l’une des caractéristiques de la fibre d’alpaga est son absence de suint (ou lanoline), ce qui limite d’une part les risques d’allergie, et qui entraîne d’autre part un faible taux de perte : une fois la tonte réalisée, seules les saletés présentes dans le poil sont à enlever ce qui limite le taux de perte à environ 20% (alors que pour la laine de mouton par exemple, seules 45 à 75% de la fibre sont réputées utilisables in fine).

blank

Les autres avantages de cette fibre naturelle sont un pouvoir isolant et respirant élevé, du aux minuscules poches d’air contenues dans la fibre. Elle est également reconnue pour sa finesse (seul le cachemire serait plus fin !). Ce qui explique que la laine alpaga soit plus chère que la laine de mouton et soit considéré comme un produit de haute qualité. D’ailleurs, à l’époque des incas, les vêtements de laine d’alpaga étaient réservés à l’élite et en premier lieu à l’Empereur.

La fibre d’alpaga peut être feutrée, tissée ou tricotée. Elle couvre une palette d’une vingtaine de couleurs, allant du blanc au noir, en passant par diverses nuances de beige, brun ou gris :

Au Hillot, la laine est d’abord nettoyée, séchée, puis cardée (c’est-à-dire que la fibre est démêlée). Puis l’éleveuse file la laine au rouet (2 fils alpaga ou 1 fil alpaga et 1 fil d’autre type de fibre, comme du lin ou du mérinos). Elle la teint parfois à la main, avec une teinture Ashford Oeko-Tex. Désormais, elle confie toutefois l’essentiel du résultat de sa tonte à une micro-filature (la laine issue de son élevage n’est pas mélangée avec celle issue d’autres élevages) car tout ce process est assez long.  

blank

Elle propose sa laine (cardée ou en pelotes de 50 grammes) et fabrique des accessoires (bonnets, mitaines par exemple), vendus exclusivement localement.

Sa production n’est malheureusement pas suffisante pour être distribuée en mercerie – vous vous doutez bien que nous avons demandé – mais si vous être intéressés, nous pourrons lui transmettre vos commandes (contactez-nous contact@brindecousette.com).

blank

J’ai utilisé une de ses laines pour l’échantillon du POINT TRICOT DU MOIS de notre dernière newsletter et je suis tombée amoureuse de sa laine cardée avec laquelle nous allons essayer de vous proposer un atelier Graine de Couturier pendant les prochaines vacances de la Toussaint ! 

Comme toutes les laines, la laine d’alpaga se lave à froid (à la main ou au programme « laine » de votre machine), avec un shampoing doux – celui que vous utilisez pour vos cheveux ! – plutôt que de la lessive. Le séchage doit se faire à l’ombre et à plat.

Retour haut de page